Alain Bashung "En amont" sortie le 23/11/2018

Musiques, Cultures, Etc.

Alain Bashung "En amont" sortie le 23/11/2018

Messagepar Pidji » 28 Sep 2018, 11:01

Bonjour tout le monde.
Un album posthume d'Alain Bashung sortira le 23/11/2018 avec que des inédits.
Un premier morceau est aujourd'hui disponible à l'écoute. Le titre est: "Immortels", écrit par Dominique A.
Voici le lien de cette info: --> http://www.lepoint.fr/pop-culture/musiq ... 1_2946.php
Boone journée.
Pidji
 
Messages: 71
Enregistré le: 10 Mar 2016, 15:15
Localisation: Allier

Re: Alain Bashung "En amont" sortie le 23/11/2018

Messagepar Emmanuel » 28 Sep 2018, 11:27

Merci pour le lien.Les paroles d'"immortels " sont un peu différentes de la chanson de Dominique A. Ca s'annonce bien (pour l'instant).
Emmanuel
 
Messages: 345
Enregistré le: 20 Mar 2006, 08:14
Localisation: Nancy

Re: Alain Bashung "En amont" sortie le 23/11/2018

Messagepar roland65 » 28 Sep 2018, 14:03

En général les albums posthumes ne sont pas terribles, mais sait-on jamais ?
Deux particules sont dites dans un état intriqué lorsque l'état des deux particules n'est pas factorisable en un produit tensoriel de deux états à une particule.
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3493
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Re: Alain Bashung "En amont" sortie le 23/11/2018

Messagepar Niki » 28 Sep 2018, 14:47

"Immortel" par Bashung est remarquable, quelle voix !!!
Espérons que les autres titres seront au même niveau ...
Avatar de l’utilisateur
Niki
 
Messages: 162
Enregistré le: 25 Oct 2006, 21:41
Localisation: Ile de France

"En amont" 1er album posthume de Bashung sort le 23 novembre

Messagepar Arthur Gordon Pym » 21 Nov 2018, 20:18

Image

Information FIP :
"Presque dix ans après la mort du chanteur, la voix incroyable d'Alain Bashung résonne de nouveau grâce à la sortie le 23 novembre de l'album d'inédits En amont. Une collection de onze titres inédits, tirés des sessions préparatoires de Bleu Pétrole, l'ultime disque studio de Bashung, exhumés et retravaillés par Édith Fambuena, sa complice et productrice notamment sur Fantaisie Militaire. Sur cet album posthume certains titres ont été écrits et composés par Arman Méliès, Joseph d'Anvers, Raphaël, Doriand, Xavier Plumas, Mickaël Furnon ou Dominique A, auteur de la chanson Immortels dévoilée fin septembre. Sur Elle me dit les mêmes mots on peut entendre les paroles sombres et mystérieuses de Daniel Darc, avec un Bashung toujours guitare-voix dans une déclaration d'amour à une femme insaisissable."

Extraits :
Immortels
Elle me dit les mêmes mots

L'album est en écoute sur Deezer.
Modifié en dernier par Arthur Gordon Pym le 24 Nov 2018, 17:09, modifié 2 fois.
Doctus cum libro.
Avatar de l’utilisateur
Arthur Gordon Pym
 
Messages: 446
Enregistré le: 18 Fév 2017, 14:12
Localisation: La Terre.

Re: "En amont" 1er album posthume de Bashung sort le 23 nove

Messagepar roland65 » 22 Nov 2018, 09:00

Oui, l'album sort demain. Après, il faut relativiser : Bashung avait rejeté les chansons qui sont présentées sur cet album. C'est la mode des albums posthumes...
Deux particules sont dites dans un état intriqué lorsque l'état des deux particules n'est pas factorisable en un produit tensoriel de deux états à une particule.
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3493
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Re: "En amont" 1er album posthume de Bashung sort le 23 nove

Messagepar Arthur Gordon Pym » 22 Nov 2018, 11:49

roland65 a écrit:Oui, l'album sort demain. Après, il faut relativiser : Bashung avait rejeté les chansons qui sont présentées sur cet album. C'est la mode des albums posthumes...


Tu as raison, mais Chloé Mons, sa veuve et Edith Fambuena, la productrice nuancent ce constat :

"C'est un véritable album d'Alain, un album à part entière", se réjouit Chloé Mons, la veuve d'Alain Bashung. Le chanteur avait travaillé sur les onze titres qui composent "En amont" avant son décès le 14 mars 2009, mais ils n'étaient pas aboutis. Chloé Mons a donc confié à la productrice et musicienne, Edith Fambuena, la lourde tâche de les retravailler, un à un.

Il y a vingt ans, Edith Fambuena a collaboré avec Alain Bashung pour son album "Fantaisie Militaire" et elle a longuement hésité avant de se lancer dans la réalisation de cet album posthume. "J'ai refusé plusieurs fois parce que justement il s'agissait des chansons qu'il n'avait pas validées, raconte-t-elle. C'était un peu particulier de se dire que j'allais faire quelque chose contre sa volonté. Après, je me suis dit : 'Pourquoi pas justement, il y a des gens ça peut leur faire du rab'". Pour Chloé Mons, aucun doute, ces onze titres studio seront les derniers. "Il n'y aura pas de deuxième album comme ça".

‘C'était important que je m'immerge avec lui et que ce soit mystique", Edith Fambuena’

C'est isolée, dans un studio parisien en sous-sols, qu'Edith Fambuena a retravaillé, de longues heures durant, onze morceaux laissés de côté par Alain Bashung. "C'est mon antre, mon laboratoire", précise la musicienne et productrice. "Je peux vivre là, dormir là, c'est un endroit qui me ressemble". Un endroit où elle avoue être rentrée dans une sorte de "transe". "Il y a un moment donné où on devient carrément fou. Au bout de dix jours, j’oubliais et je me disais :'Faut qu'il refasse la voix, je vais l'appeler'".

Seule la plupart du temps, la musicienne parle de cet album comme d’un "gros nonosse", sur lequel il a fallu passer beaucoup de temps. "Un soir, j'étais sur une chanson et je n'y arrivais pas, ça me plaisait pas, confie-telle. Alors j'ai essayé de dormir. J'ai tout éteint. Et puis l'ordinateur s'est mis en marche tout seul et la chanson est apparue. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé. J'avais la guitare à côté de moi, j'ai entendu un riff et c'était parti. D'un coup tout est rentré."

Alors, volonté de publier des titres non aboutis, que l'artiste n'a pas pu finaliser, ou volonté de faire un peu d'argent ? A chacun de juger.
Modifié en dernier par Arthur Gordon Pym le 24 Nov 2018, 17:11, modifié 3 fois.
Doctus cum libro.
Avatar de l’utilisateur
Arthur Gordon Pym
 
Messages: 446
Enregistré le: 18 Fév 2017, 14:12
Localisation: La Terre.

Re: "En amont" 1er album posthume de Bashung sort le 23 nove

Messagepar roland65 » 22 Nov 2018, 15:02

Arthur Gordon Pym a écrit:Alors, volonté de publier des titres non aboutis, que l'artiste n'a pas pu finaliser, ou volonté de faire un peu d'argent ? A chacun de juger.


Je pense que c'est surtout la maison de disques qui a dû mettre la pression, car les finances ne sont pas reluisantes ces temps-ci...
Deux particules sont dites dans un état intriqué lorsque l'état des deux particules n'est pas factorisable en un produit tensoriel de deux états à une particule.
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3493
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Re: "En amont" 1er album posthume de Bashung sort le 23 nove

Messagepar Arthur Gordon Pym » 22 Nov 2018, 16:14

roland65 a écrit:
Arthur Gordon Pym a écrit:Alors, volonté de publier des titres non aboutis, que l'artiste n'a pas pu finaliser, ou volonté de faire un peu d'argent ? A chacun de juger.


Je pense que c'est surtout la maison de disques qui a dû mettre la pression, car les finances ne sont pas reluisantes ces temps-ci...

C'est tout à fait possible, en effet.
Doctus cum libro.
Avatar de l’utilisateur
Arthur Gordon Pym
 
Messages: 446
Enregistré le: 18 Fév 2017, 14:12
Localisation: La Terre.

Re: "En amont" 1er album posthume de Bashung sort le 23 nove

Messagepar roland65 » 22 Nov 2018, 19:49

Arthur Gordon Pym a écrit:C'est tout à fait possible, en effet.


Et même plaussible...
Deux particules sont dites dans un état intriqué lorsque l'état des deux particules n'est pas factorisable en un produit tensoriel de deux états à une particule.
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3493
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Re: "En amont" 1er album posthume de Bashung sort le 23 nove

Messagepar Arthur Gordon Pym » 22 Nov 2018, 20:09

roland65 a écrit:
Arthur Gordon Pym a écrit:C'est tout à fait possible, en effet.


Et même plaussible...

Et même fort probable...
Doctus cum libro.
Avatar de l’utilisateur
Arthur Gordon Pym
 
Messages: 446
Enregistré le: 18 Fév 2017, 14:12
Localisation: La Terre.

Re: "En amont" 1er album posthume de Bashung sort le 23 nove

Messagepar Arthur Gordon Pym » 23 Nov 2018, 20:51

Première écoute.

"La voix d'Alain Bashung, profonde et grave, intense et gorgée de vécu, mais parfois aussi plus fragile, est ici traitée en majesté. C'était leur volonté à toutes les deux, Chloé Mons la veuve d'Alain Bashung et Edith Fambuena, la productrice. "On est parties avec Edith sur l'idée de rester au plus près de la matière. Or la matière, la plupart du temps, c'était sa voix", se souvient Chloé Mons. "Et puis l'histoire du disque c'était quand même de lui redonner sa voix."

Edith Fambuena avoue avoir eu "des moments difficiles" en découvrant des sanglots dans la voix d'Alain. On les perçoit très nettement sur "Les arcanes", écrit et composé par Arman Méliès et sur "Seul le chien", écrit et composé par Dominique A. Sur cette dernière, particulièrement poignante, les paroles semblent aussi prémonitoires que sur le premier single "Immortels", signé lui aussi Dominique A et écarté de "Bleu Pétrole" au dernier moment par pudeur.

"C'est la dernière étoile
Que je vois s'allumer
C'est le dernier soupir
Que je m'entends pousser
Qu'on me porte qu'on m'installe
(...) Que je voie défiler
Un à un ces visages
Pour qui j'aurai compté"
("Seul le Chien")

Si la seconde partie de l'album est un peu plombée, "En amont" reste pourtant étonnamment lumineux. Edith Fambuena s'est raconté des histoires de Cadillac, de grands espaces et de Johnny Cash. Elle a redéfini le décor du difficile "Les rêves de vétéran" composé par Arman Méliès sur un texte d'un auteur inconnu, ajoutant un harmonica et donnant des accents western à cette complainte d'un vétéran du Vietnam rongé par la culpabilité. "J'ai ôté tout le lyrisme de la première version", se souvient-elle, "je me suis dit c'est Martin Sheen dans Apocalypse Now."

Sur "Elle me dit les mêmes mots", un texte de Daniel Darc, elle a "mis du vent dans ses cheveux". Sur "Ma peau va te plaîre" (texte de Joseph d'Anvers), dans lequel il incarne une prostituée, elle a injecté du Gene Vincent, héros des 15 ans de Bashung. Elle a posé des notes de guitare liquides sur "La mariée des roseaux" et des choeurs délicats sur le final "Nos âmes à l'abri". Quant à Raphaël, il apporte une grisante touche orientale sur "Les Salines", dont il signe texte et musique.

De blues atmosphériques en folks un peu flingués, ainsi va "En amont", disque posthume crépusculaire et dépouillé, aussi ensorcelant que l'appel d'air d'un fantôme bien-aimé."
Laure Narlian pour France Info.

En amont, l'album posthume d'Alain Bashung, décrypté titre par titre par Olivier Ubertalli :

1. « Immortels »
Une guitare sèche et la voix de Bashung. La musicienne-réalisatrice du disque Édith Fambuena a choisi la simplicité pour cette ouverture. Puis la chanson prend une tournure orchestrale avec ses cordes au loin et l'arrivée d'une rythmique sur ces paroles :« As-tu vu ces lumières ? » Ce titre, écrit par Dominique A., Alain Bashung l'avait écarté au dernier moment de Bleu Pétrole. Peut-être parce qu'il était déjà malade et que sa voix chantant « Immortels » aurait eu des airs trop narcissiques et larmoyants. Dominique A. l'a finalement reprise à son compte quelques mois plus tard sur son album La Musique et c'est aujourd'hui un titre incontournable de son répertoire. Dans cette version Bashung, il flotte un esprit de folk music, un style qui a bercé le chanteur durant sa jeunesse en Alsace puis à Paris. « Immortels » semble de la même veine que « La Nuit je mens » du disque Fantaisie militaire : une chanson majeure. « Je ne t'ai jamais dit, mais nous sommes immortels. Pourquoi es-tu parti avant que je ne l'apprenne ? » À écouter et réécouter.

2. « Ma peau va te plaire »
Un blues qui pourrait avoir été écrit dans les années 1980. Un blues bien noir un peu « new wave » comme Bashung les appréciait. Un tambourin. Un riff de guitare tenace, acide, coupé au scalpel des Stooges avec des guitares tournoyantes et dissonantes à la Pixies. Face à la noirceur, comme en opposition, une voix de crooner qui entonne une rengaine sensible, celle d'une femme qui réclame de la tendresse. L'hymne d'une prostituée. « Je suis femme dont les hommes ont besoin. Je suis cette femme que le pavé a tuée. Je suis cette femme qui ne promet rien. Je suis cette femme qu'on ne prend pas par la main. »

3. « La mariée des roseaux »
Après le réalisme cru du titre précédent, c'est une invitation à la contemplation. Une première respiration dans un « trou de verdure », le « Dormeur du Val » (Rimbaud) de cet ensemble de onze chansons. « Elle viendrait soudain sur ma colline, manger du raisin et ses épines »... Le texte est signé par le chanteur Doriand, qui a travaillé avec Julien Doré, Michel Polnareff, Camilia Jordana, Iggy Pop, Mika et tant d'autres. L'atmosphère du disque se calme avec cette ballade. On imagine une session d'enregistrement nocturne, à 3-4 heures du matin dans un studio. La voix de Bashung s'envole et s'affirme plus mélodique. Quel spleen, quelle envie de pleurer ! Une fin « en fade out » (fondu) et c'est Bashung qui nous quitte. Difficile, dix ans après sa mort, de ne pas être submergé par l'émotion d'avoir perdu un grand de la chanson française.

4. « Elle dit les mêmes mots »
Retour dans une ambiance country, plutôt tendance Johnny Cash. Une chanson écrite par Daniel Darc, ex-membre notamment de Taxi Girl, mort en 2013. Une musique qui avance, qui marche, le pas régulier. La voix de Bashung est grave. « Elle me dit les mêmes mots. Quand la nuit est là, elle s'maquille un peu trop, rajuste ses bas et puis elle s'en va » : on aime les envolées de Bashung sur le refrain. On chante avec lui, comme pour le retenir encore au chaud de nos oreilles.

5. « Les Salines »
Ah, « Les Salines » ! Raphael, le compositeur, a lui-même insisté pour refaire les guitares sur ce titre. Un rythme arabo-andalou, une batterie à l'écoute synthétique, cette voix qui nous conte. Oui, l'un des joyaux que contient ce disque posthume. Avec ce narrateur indirect, cette utilisation de la troisième personne et ces « il dit ». Une belle désinvolture, et cette guitare qui tournoie à la fin jusqu'à plus soif. Magnifique !

6. « Montevideo »
« J'ai mis du vent, j'ai mis du vent sous mon chapeau, j'ai mis du tango sur ma peau. J'ai mis du son, j'ai mis du silence et de l'eau. J'ai mis du sens à tous les mots. » Mickaël Furnon, leader du groupe Mickey 3D, a écrit et composé un poème parfait pour Bashung. Ce dernier nous emmène sous les « cerfs-volants du sud de Montevideo » et monte dans les aigus pour nous faire chavirer. Les arrangements d'Édith Fambuena accompagnent idéalement la progression en procédant par touches de couleurs. On « dérive jusqu'à Rio ».

7. « Les Arcanes »
La guitare modèle « Gretsch Chet Atkins » de Fambuena, réalisatrice de Fantaisie militaire, sans doute le meilleur disque de Bashung, revient sèche, rugueuse. Une basse lourde, une voix nasale. Bashung chante-t-il depuis la salle de bains ou dans les canalisations de notre appartement ? L'atmosphère est inquiétante avec ces bruitages et cordes grinçantes. Il y a un peu du Psychose d'Hitchock si l'on pense au cinéma. Et, bien sûr, cet air inquiétant des chansons d'Hubert-Félix Thiéphaine, pour lequel l'auteur-compositeur des « Arcanes », Arman Méliès, a beaucoup écrit. Il offre de beaux tourments et cette rengaine en boucle : « rien n'est caché ».

8. « Seul le chien »
« Seul le chien se souvient. Seul le chien vous attend. Dommage qu'il vive si peu de temps. » C'est la deuxième chanson de Dominique A. sur cet album avec « Immortels ». Un thème simple et méthodique, avec les guitares de Dominique A. qui semble être resté presque tel qu'il fut gravé vers 2007-2008. Un titre qui laisse moins d'empreintes que d'autres.

9. « Les rêves du vétéran »
L'harmonica d'Édith Fambuena est ici le fil conducteur de ce faux blues composé par Arman Méliès. Un harmonica si cher à Alain Bashung : jeune, on lui avait interdit de toucher au violon familial et il avait reçu un harmonica en guise de cadeau. Ce fut véritablement le premier instrument dont il joua. « Une petite fille court, elle crie. Elle est jolie, doucement je les suis. Elle disait oui, oui merci. J'n'ai pas appris à parler l'ennemi. »

10. « Un beau déluge »
« Je me venge à l'envie d'aller souiller la colombe, d'aller se mouiller sous les trombes. » Pour ce titre écrit par Xavier Plumas, du groupe TueLoup, Alain Bashung prend la guitare et sa voix de crooner. Édith Fambuena y ajoute des ambiances inquiétantes et laisse parfois la voix seule. Encore une chanson qui ne dure que 3 minutes : la parfaite concision.

11. « Nos âmes à l'abri »
Pour ce deuxième titre de Doriand, auteur compositeur qui a écrit pour Julien Doré et Mika, on quitte une certaine rudesse pour retrouver la mélodie. Des murmures. Et des chœurs interprétés par Doriand et Alexis Anerilles sur la voix de Bashung. Une ambiance sidérale. Vraiment un beau final. Comme un au revoir, un dernier au rockeur. Chloé Mons, la veuve du chanteur, a prévenu : il n'y aura pas d'autre album posthume.
Doctus cum libro.
Avatar de l’utilisateur
Arthur Gordon Pym
 
Messages: 446
Enregistré le: 18 Fév 2017, 14:12
Localisation: La Terre.

Re: Alain Bashung "En amont" sortie le 23/11/2018

Messagepar florent » 25 Nov 2018, 21:36

Les deux "singles" sont très bons. La version d'"Immortels" est vraiment top, différente de celle de Dominique A mais presque plus poignante.

Album assez intimiste au final (ce qui est logique vu qu'il s'agit d'un recueil d'inédits qui n'avaient donc pas été travaillées et retravaillées niveau orchestrations et prod) mais quelques morceaux sont vraiment très réussis, avec de bons textes, et retrouver la voix de Bashung reste quand même un vrai plaisir.
florent
 
Messages: 6
Enregistré le: 18 Nov 2018, 21:48

Re: Alain Bashung "En amont" sortie le 23/11/2018

Messagepar Arthur Gordon Pym » 26 Nov 2018, 17:12

J'ai également ouvert un topic sur le nouveau Bashung, le 21 novembre, intitulé "En amont" 1er album posthume de Bashung sort le 23 novembre". Je n'avais pas vu celui-ci. My apologies.
Modifié en dernier par Arthur Gordon Pym le 27 Nov 2018, 09:43, modifié 2 fois.
Doctus cum libro.
Avatar de l’utilisateur
Arthur Gordon Pym
 
Messages: 446
Enregistré le: 18 Fév 2017, 14:12
Localisation: La Terre.

Re: Alain Bashung "En amont" sortie le 23/11/2018

Messagepar Pidji » 26 Nov 2018, 18:16

Je pense que Roland va résoudre ça ;)
Pidji
 
Messages: 71
Enregistré le: 10 Mar 2016, 15:15
Localisation: Allier

Suivante

Retourner vers T o u t e s ♦ C h o s e s

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités

cron