Parution de "Long long chemin" en CD

Musiques, Cultures, Etc.

Re: Parution de "Long long chemin" en CD

Messagepar Claire » 16 Oct 2017, 17:23

Monfreid... a écrit:artificiers du décadents : pour le coup la thématique est un peu trop visible.lisible.lourde et, effectivement, musicalement on a vu mieux. Après, j'aime bien le titre "artificiers du décadent" ça sonne bien je trouve.



J'ai toujours eu l'impression que Manset quitte le registre énigmatique et allusif quand il s'agit de ce thème : l'état du monde.
"Le pays de la liberté" est très explicite lui aussi, et "Les enfants des tours" etc. : trop grave pour "faire de l'art" ?
Comme si l'émotion elle aussi était très directe, mélange de colère et d'horreur anticipatrice.

Moi j'aime "artificiers ...", pour le ton sardonique et grinçant de l'ensemble (même la voix grince), pour la musique lourde et pour les images qu'il fait naître : là, je vois comme un jugement dernier peint par Chagall...qui n'a pas peint que des mariages joyeux.
Avatar de l’utilisateur
Claire
 
Messages: 1338
Enregistré le: 05 Jan 2005, 10:50

Re: Parution de "Long long chemin" en CD

Messagepar Lionel » 16 Oct 2017, 19:16

(même la voix grince)


C'est ce qui me gêne le plus dans cette chanson.
Avatar de l’utilisateur
Lionel
 
Messages: 999
Enregistré le: 05 Jan 2005, 11:37
Localisation: Strossburi

Re: Parution de "Long long chemin" en CD

Messagepar Aubert » 17 Oct 2017, 01:04

Claire a écrit:J'ai toujours eu l'impression que Manset quitte le registre énigmatique et allusif quand il s'agit de ce thème : l'état du monde.
"Le pays de la liberté" est très explicite lui aussi, et "Les enfants des tours" etc. : trop grave pour "faire de l'art" ?
Comme si l'émotion elle aussi était très directe, mélange de colère et d'horreur anticipatrice.


Je crois Claire qu'on va être en profond désaccord sur ce qu'écrit (et enchante) Manset. Il n'y a pas d'allusion chez Manset, tout est très direct, je ne pense plus qu'il y ait quoique ce soit de caché, de choses qui se dissimulent entre les mots: tout est là. On a lu ses livres (Les Petites Bottes vertes donnent tant de clefs), on a vu ses photos (on en pense ce qu'on veut, n'est-ce pas Roland, mais pour ma part je les trouve sans intérêt), tout es là, nu, je ne vois pas ce qu'il peut dissimuler encore, le paravent est tombé. Ses propos sociétaux sont creux. Parfois je m'imagine les dîners chez Finkielkraut avec Manset en fleur d'ornement: mais que peuvent-ils se dirent? Tu les interromperrais, tu passerrais pour un gauchiste qui n'a rien compris. Quelle migraine. Manset, mine de rien, a rejoint une meute qui en creux parle pour lui. Et c'est bien normal finalement.

Je ne regrette rien. Le voyage fut superbe. Et intensément instructif. J'aimerai toujours Manset. Mais quand tu veux le rattacher à une strate poétique, bon, je ne peux plus là...

Et puis je réécoute ( à l'instant même où j'écris c'est Territoire de l'Inini, c'est formidable...) Sans la musique, Manset ne vaut pas grand'chose... A lire ça ne va pas. Et comme notre intense croyance en la musique s'est atténuée, je doute que Manset traverse le temps... Mais traverser la vie de quelques personnes pendant des décennies, c'est déjà beaucoup.


PS: Lavilliers a souvent plus de souffle (Les Mains d'or), c'est pas nawak.
Merci pour l'info.
Avatar de l’utilisateur
Aubert
 
Messages: 2003
Enregistré le: 08 Jan 2005, 18:18

Re: Parution de "Long long chemin" en CD

Messagepar roland65 » 17 Oct 2017, 07:57

Aubert a écrit:Sans la musique, Manset ne vaut pas grand'chose... A lire ça ne va pas.


Ben oui, évidemment : Manset écrit des chansons, pas des poèmes. Ce sont des objets à part entière et l'on ne peut pas dissocier chez lui la musique des paroles, créées en même temps (pas toujours et pas tout le temps, j'imagine).

Quant à la part de mystère des chansons de Manset, elle est bien réelle, il me semble. Il ne faut pas commettre l'erreur de confondre l'oeuvre et son créateur. Le créateur peut être banal, terre à terre, réac, etc. L'oeuvre souvent le dépasse et le transcende. Voir Proust par exemple, ou Céline...

Si tu n'arrives plus à ressentir le mystère ou la poésie des chansons, c'est que tu es trop focalisé par le personnage Manset, ses postures, ses contradictions. Tu l'as sans doute trop mythifié. Oublie le donc et concentre toi sur l'essentiel : les chansons.
Quand j'étais enfant, j'étais déjà nostalgique. Mais de quoi ? (Olivier Adam)
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3605
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Re: Parution de "Long long chemin" en CD

Messagepar Lionel » 17 Oct 2017, 09:40

Il n'y a pas d'allusion chez Manset, tout est très direct, je ne pense plus qu'il y ait quoique ce soit de caché, de choses qui se dissimulent entre les mots: tout est là

Je suis d'accord avec ça. La seule part de caché que l'on peut trouver selon moi est quand il élague ses textes bruts, ce qui revient à taire certains trucs (ce qu'il ne fait plus trop à mon goût malheureusement).

Lavilliers a souvent plus de souffle (Les Mains d'or), c'est pas nawak.

J'aime beaucoup Lavilliers (pas écouté son dernier opus encore mais ça ne devrait pas tarder) mais je trouve que Les Mains d'Or ont un côté pas très juste (et ça me gêne un poil vu que la chanson se veut plutôt réaliste). Je connais bien le milieu de la sidérurgie et Lavilliers en donne une vision romantique, genre XIXème. Ca fait bien longtemps qu'il n'y a plus de travail artisanal en sidérurgie, en particulier les usines qui ont été fermées à Florange.


A lire ça ne va pas.

Honnêtement, le débat est faussé pour nous, non? Quand nous lisons un texte de Manset, on entend la musique.
Avatar de l’utilisateur
Lionel
 
Messages: 999
Enregistré le: 05 Jan 2005, 11:37
Localisation: Strossburi

Re: Parution de "Long long chemin" en CD

Messagepar Claire » 17 Oct 2017, 14:21

Je suis assez d’accord avec vous : il n’y a pas de message caché derrière les textes des chansons de Manset. Mais l’inconscient qui s’exprime et parle à l’inconscient, c’est cela qui leur donne leur profondeur, qui ne peut être traduite en « message », en pensée conceptuelle. Ou bien le choc de ce qui est rencontré. C’est pour cela que c’est de la poésie.
Et je crois aussi que musique et texte sont inséparables et parlent ensemble. Parfois je me dis qu’il a transformé un art mineur (la chanson) en un art majeur qui n’a pas de nom. Les autres, Brel, Nougaro, Lavilliers etc. font des chansons c’est à dire un texte poétique accompagné de musique.
Lui, je l’imagine chargé de ce qu’il a croisé et traversé, et de l'émotion qui l’accompagnait, parfois donc l’indignation, ou la perte...ça donne alors des sortes de messages, oui, mais très peu conceptuels, plutôt réactionnels.
Le plus important ensuite c’est la recherche formelle, ce qu’il appelle « donner une forme aimable à mon désespoir ».
En tout cas, aucun artiste ne m’a tant apporté de sujets de réflexion.
Avatar de l’utilisateur
Claire
 
Messages: 1338
Enregistré le: 05 Jan 2005, 10:50

Re: Parution de "Long long chemin" en CD

Messagepar roland65 » 17 Oct 2017, 15:25

Claire a écrit:Je suis assez d’accord avec vous : il n’y a pas de message caché derrière les textes des chansons de Manset.


Alors là pas d'accord... Il y a plein de messages cachés au contraire ! L'autre jour j'ai décodé "Nadine, ramène du pain STP" en passant "Ne change pas" à l'envers en 78 tours... Alors, vos analyses de mécréants rationalistes, je vais les bannir de ce forum illico !
Quand j'étais enfant, j'étais déjà nostalgique. Mais de quoi ? (Olivier Adam)
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3605
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Re: Parution de "Long long chemin" en CD

Messagepar Aubert » 17 Oct 2017, 17:37

roland65 a écrit: Il ne faut pas commettre l'erreur de confondre l'oeuvre et son créateur. Le créateur peut être banal, terre à terre, réac, etc. L'oeuvre souvent le dépasse et le transcende. Voir Proust par exemple, ou Céline...


Ah non, désolé mais en matière de littérature, une mentalité médiocre donnera une œuvre médiocre. Inévitablement. A tous les coups. Il faut cesser cette imagerie fleur bleue selon laquelle une œuvre vaut mieux que l'artiste. C'est faux.

Céline, je trouve ça naze d'ailleurs. C'est la figure même de l'arnaque littéraire. J'ai essayé 5 fois, à chaque fois j'ai tenu 100 pages et pas plus. Une compilation maline de procédés piqués ailleurs et montée avec esbrouffe. Les écrivains qui se réclament de lui sont d'ailleurs de sacrés boulets eux aussi (Sollers par exemple.)

Je pensais que tu n'aimais pas Proust au juste?

Et pour revenir à Manset - et dont bon nombre de morceaux continuent de me toucher malgré sa voix étranglée qui à présent me gêne - ce que je veux dire, c'est que dès qu'il y a un sens qui semble émerger de tel ou tel morceau, il s'agit d'un sens fort banal et commun. Tristes Tropiques, ok le morceau est terrible, mais ce qu'il écrit là n'est pas transcendant, si?
Il me semble plus convaincant quand il décrit une situation triviale: la beuverie dans un bordel (Eden Bay), le match de football (au début de Comme un légo)...
Merci pour l'info.
Avatar de l’utilisateur
Aubert
 
Messages: 2003
Enregistré le: 08 Jan 2005, 18:18

Re: Parution de "Long long chemin" en CD

Messagepar Claire » 17 Oct 2017, 17:49

Mais c’est le propre de toute la poésie : le sens explicite est une série de lieux communs. Par exemple « la brièveté de la jeunesse et profitons tant qu’il est temps ».... ou bien « c’est affreux ce qui m’arrIve, je suis seul je pleure » !... ou bien « la nature c’est bien on se sent bien »...etc.
L’important du poème n’est pas le sens explicite.
Et je crois que les petits défauts des artistes affaiblissent leur œuvre, parce qu’ils se voient comme des saletés dans une belle rivière, du laisser aller, mais que leur talent n’a pas grand chose à voir avec une perfection personnelle. Je crois aussi que les romanciers ont une place différente des poètes ou peintres ou musiciens. Leur pensée conceptuelle compte beaucoup dans l’oeuvre.
Avatar de l’utilisateur
Claire
 
Messages: 1338
Enregistré le: 05 Jan 2005, 10:50

Re: Parution de "Long long chemin" en CD

Messagepar Emmanuel » 17 Oct 2017, 21:06

[/quote]
Céline, je trouve ça naze d'ailleurs. C'est la figure même de l'arnaque littéraire. J'ai essayé 5 fois, à chaque fois j'ai tenu 100 pages et pas plus. Une compilation maline de procédés piqués ailleurs et montée avec esbrouffe. Les écrivains qui se réclament de lui sont d'ailleurs de sacrés boulets eux aussi (Sollers par exemple.)
[/quote]
Tu n'as peut-être pas essayé le bon. J'ai peiné pour la lecture de "Mort à crédit" alors que "voyage au bout de la nuit" est, pour moi, ce que j'ai lu de meilleur dans la littérature française
Emmanuel
 
Messages: 355
Enregistré le: 20 Mar 2006, 08:14
Localisation: Nancy

Re: Parution de "Long long chemin" en CD

Messagepar roland65 » 18 Oct 2017, 07:29

Emmanuel a écrit:Tu n'as peut-être pas essayé le bon. J'ai peiné pour la lecture de "Mort à crédit" alors que "voyage au bout de la nuit" est, pour moi, ce que j'ai lu de meilleur dans la littérature française


Eh bien pour moi c'est le contraire : Mort à crédit est selon moi un chef d'oeuvre indépassable de la littérature française du 20ème siècle. De même qu' À l'ombre des jeunes filles en fleur du divin Marcel.

Et n'en déplaise à Aubert, on peut être un artiste de génie et en même temps un vile crapule, les exemples fourmillent. Pareil dans le domaine scientifique et probablement médical aussi, etc.
Quand j'étais enfant, j'étais déjà nostalgique. Mais de quoi ? (Olivier Adam)
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3605
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Re: Parution de "Long long chemin" en CD

Messagepar Monfreid... » 18 Oct 2017, 07:33

C’est aussi, il me semble, une question de contraste.

Avant Manset proposait une image de lui très distant, assez méprisant finalement, envers la profession et tout le chambard médiatique et culturel, tout en précisant sa capacité à négocier des contrats. De l’autre côté, il remotivait un imaginaire du voyage en jouant la carte d’un rapport à l’autre, à l’altérité et à la nature franc et naturel (là- bas les gens sont les gens et non désoeuvrés comme nous le sommes, par exemple). Forcément cette posture tient du grand écart et propose pas mal de clichés, mais on en retrouvait la trace dans ses textes et ses musiques, ce mélange unique de poésie symbolique et un vocabulaire majoritairement simple (quelque mots rares ici et là mais majoritairement les images, rimes et autres sont « simples »). Des mélodies ultras orchestrées avec du savoir faire et du kitsch mêlée et des textes ciselés avec une fois … euh… atypique ^^
Il y avait tous les éléments pour ce contraste, pour des évocations.

Il me semble qu’à un moment les choix de carrière qu’il a fait l’ont porté en avant, à quitter cette posture, à plus assumer le statut d’icône et à avoir un discours plus explicite. Du coup, on s’aperçoit, qu’une grande part du « dit » n’était finalement pas si «profonde que ça », qu’il s’agissait d’une écriture de l’épuration et de l’évocation. Entre ce changement de carrière (il y a une différence entre jouer le mystérieux en répondant peu ou pas et venir expliquer qu’on est mystérieux sur une radio) et des textes plus explicites (moins épurés dirons-nous), l’effet de contraste est moins perceptible et l’évocation en prend un coup derrière la caboche. Maintenant, il reste atypique et sa vision du monde (nostalgique, pessimiste etc) n’a pas beaucoup changé, mais on comprend qu’effectivement elle n’est pas autre chose que ça, qu’elle n’appelle finalement à rien de plus profond, de plus conséquent et qu’une grande part de l’évocation vient de celui qui écoute.

concernant la poésie, nous en avons déjà parlé ici, du coup, je ne m’étale pas mais je trouve que la réédition de Long long chemin montre bien cet aspect. A la réécouter je comprends que les mecs se foutait de sa gueule dans la cabine, les paroles peuvent prêter à rire, les thèmes pompiers (musicalement aussi), la voix... euh...on en parle même pas... mais, voilà, il en fait quelque chose de singulier qui fonctionne encore. C'est assez lourd ou bancal si on veut (on dira "oeuvre de jeunesse" ^^) mais il y a cette capacité à remotiver des images pourtant éculées.
Là où, en piochant ostensiblement vers Nerval ou Balzac, il cherche à s'insérer de force dans une histoire des idées où il n'a pas vraiment sa place et, surtout, à convoquer un imaginaire qui n'a plus rien d'unique.
je les ai tous empaillés, jusqu'à la dernière peluche !
Avatar de l’utilisateur
Monfreid...
 
Messages: 1183
Enregistré le: 12 Jan 2005, 23:04

Re: Parution de "Long long chemin" en CD

Messagepar Lionel » 18 Oct 2017, 07:43

Tristes Tropiques, ok le morceau est terrible, mais ce qu'il écrit là n'est pas transcendant, si?


Il faut se remettre dans le contexte de l'époque de la sortie de l'album "Revivre".
La question "Ne sommes nous pas nous-mêmes indiens des plus rares?", par exemple, claque au vent, je trouve.
Avatar de l’utilisateur
Lionel
 
Messages: 999
Enregistré le: 05 Jan 2005, 11:37
Localisation: Strossburi

Re: Parution de "Long long chemin" en CD

Messagepar roland65 » 18 Oct 2017, 09:24

Lionel a écrit:Il faut se remettre dans le contexte de l'époque de la sortie de l'album "Revivre".
La question "Ne sommes nous pas nous-mêmes indiens des plus rares?", par exemple, claque au vent, je trouve.


Marrant : je me souviens qu'à l'époque un critique (Arnaud Viviant je crois) avait dit à propos de cette phrase : "c'est d'un banal !".

Quant au "contraste" de Monfreid, il ne m'a jamais interpellé. Moi, ce sont plutôt les thèmes (la perte, le paradis perdu, l'enfance, la beauté, la solitude) que les autres chanteurs / chanteuses n'abordent pas (ou très rarement) qui m'ont scotché et me scotchent encore. Et bien sûr les images, le langage, la forme...
Quand j'étais enfant, j'étais déjà nostalgique. Mais de quoi ? (Olivier Adam)
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3605
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Re: Parution de "Long long chemin" en CD

Messagepar Lionel » 18 Oct 2017, 10:16

Marrant : je me souviens qu'à l'époque un critique (Arnaud Viviant je crois) avait dit à propos de cette phrase : "c'est d'un banal !".


Je n'ai sans doute pas la culture d'Arnaud Viviant, mais en 91, j'avais 20 ans et cette phrase m'avait fortement frappé.
Lorsqu'on voyait le chef Raoni (je crois qu'il s'appelait comme ça) sur les plateaux TV dans cette fin des années 80, mon impression était de la compassion pour le peuple lointain de ce gars habillé étrangement. Ce n'était pas du tout celle que j'ai eue en écoutant "tristes tropiques": tu te rends compte que le gars avec sa lèvre en plateau et ses plumes sur la tête, c'est toi.
Avatar de l’utilisateur
Lionel
 
Messages: 999
Enregistré le: 05 Jan 2005, 11:37
Localisation: Strossburi

PrécédenteSuivante

Retourner vers T o u t e s ♦ C h o s e s

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités

cron