Tristan Garcia

Musiques, Cultures, Etc.

Tristan Garcia

Messagepar Aubert » 03 Mar 2017, 13:22

Bon, je reviens à Tristan Garcia et la musique.

http://www.popnews.com/popnews/blind-te ... -episode-1
http://www.popnews.com:8080/popnews/bli ... -episode-2
http://www.popnews.com:8080/popnews/bli ... -episode-3
http://www.popnews.com:8080/popnews/bli ... -episode-4
http://www.popnews.com:8080/popnews/bli ... -episode-5
http://www.popnews.com:8080/popnews/bli ... -episode-6

"J’arrive beaucoup mieux maintenant à avoir une vision large et pas étroite de la pop en français. Il y a beaucoup de chansons que je n’aimais pas et que je parviens à apprécier ; j’ai toujours adoré plein d’airs en français qui n’étaient pas de la pop au sens strict, y compris pour les textes, Manset par exemple, Yves Simon, Barbara, Le Forestier, Antoine. "

"Manset, avec Christophe, c’est sans doute celui que j’ai le plus aimé en français. L’un des rares dont la carrière raconte une histoire : Polnareff, l’histoire s’arrête très vite, on aimerait qu’il l’ait racontée plus longtemps…. Manset j’aime toutes ses périodes, à part “L’Atelier du crabe”, son moment Dire Straits, et “Le Train du soir”, avec la tentative de reggae. Sinon, j’aime le type seul en studio qui fait l’album de 68… et il y a cette chanson sur la réédition de 71, “Golgotha”, que je trouve sublime... J’aime son moment « Neil Young français », avec “Celui qui marche devant”, “Rouge-Gorge”, "Les Vases bleues" : c’est aussi beau que “After the Gold Rush” ou “Harvest”. J’aime son moment "découverte de l’Asie" avec “Royaume de Siam”, découverte de l’Amazonie et de Lévi-Strauss, avec “Tristes Tropiques”, j’aime son "moment Indochine" (rires) avec “Lumières”, "Entrez dans le rêve". Bonne reprise de Sirkis, d’ailleurs.

Il a ses périodes, mais pour moi c’est aussi quelqu’un qui ne dévie pas de son axe. Il ne change pas de propos.

Oui, et ça correspond à ses métaphores : toujours la minéralité, les pierres… Manset, c’est l’inorganique, l’archaïque. Et en effet on peut avoir l’impression que ses textes sont comme un bloc de pierre, en revanche dans la musique c’est plus évolutif… “2870”, on sent qu’il écoute Pink Floyd, du rock progressif ; “Matrice” son guitariste lui fait écouter du hard rock, Bob Seger, ça s’entend dans certains solos…

Il y a une chose très particulière chez lui, ce mélange entre un propos sombre, résolument pessimiste, et tout d’un coup de brusques élans mystiques…

Oui, une mystique matérialiste, avec toujours ces images : la poussière, le sol, la roche… D’ailleurs, de ce point de vue, comme pour la voix, Cabrel lui doit beaucoup : "Les murs de poussière" (rires) !

Sur Matrice il y a cette phrase : « Mon Dieu, montrez-vous quand même »...

"Banlieue nord", très belle chanson… Je suis persuadé que ce type de grand artiste doit passer par un cap de ridicule, et Manset l’a passé très vite. D’ailleurs, la première fois qu’on entend Manset, je ne sais pas si ça vous a fait ça, mais il y a une gêne. Christophe, tu as une gêne aussi : la première fois que tu entends “Un peu menteur”, vraiment tu es gêné d’être là, tu te dis « Qu’est-ce que je suis en train d’écouter ? » (rires). Et aussi bien Manset que Christophe ont su dépasser ce cap du ridicule. C’est ce que je reprocherais à Bashung, même si je l’aime beaucoup : je trouve qu’il a repoussé son point de ridicule, par souci de respectabilité culturelle, de légitimité poétique, etc., alors que Christophe et Manset ont très vite passé le cap du ridicule, c’est comme s’ils avaient tourné autour du cap, et après s’ouvre à eux un océan où ils vont du coup extrêmement loin. Ils sont parmi ceux qui sont allés le plus loin. Après, on peut en vouloir à Manset pour certains aspects : la gestion de sa propre discographie, où il peut aller jusqu’à réenregistrer quatre fois les mêmes morceaux, toujours dans des versions plus mauvaises, rééditant les disques en enlevant les meilleures chansons, en coupant… Ce côté révisionniste de sa propre œuvre est vraiment pénible.

Justement, plus largement, le côté très réactionnaire de Manset ne te dérange pas ?

Si… Je n’aime pas son discours, je n’aime pas ses écrits « littéraires », Les Petites Bottes Vertes, son texte sur Bashung, je n’aime pas ses références… Au fond, le miracle de Manset, c’est qu’il connecte la contre-culture, la route, Kerouac, Katmandou et l’idéalisme naïf du voyage, à une tradition nationale et réactionnaire, celle des décadents, de la littérature du grand style français, de la misanthropie aussi, Rebatet, Chardonne, Morand, les Hussards. C’est quelqu’un qui a toujours été réac, parce qu’il était dans la bande du Drugstore, il a toujours été un mod, dandy. Je n’aime pas du tout ça, mais pour moi le miracle s’accomplit par le fait qu’il croise cette tradition avec l’ouverture d’esprit béate des hippies, qu’il les guérit de leur bêtise, en conservant une part de leur innocence, de leur jeunesse, qui manque tant aux vieux misanthropes réacs. Du coup, il invente une manière étrange, presque ridicule. Beaucoup de gens trouvent Manset ridicule. Mais il n’en a pas peur : la chanson “Caesar”, où il chante un extrait de “La Guerre des Gaules” en latin, ça fait partie de ces moments où ce type précieux, qui a une culture classique, latinisante, passe “de l’autre côté”. Je ne supporterais pas s’il s’arrêtait à mi-chemin. Sur l’idée même de réaction et de point d’arrêt, je pense souvent à une phrase de McCartney : il y a une chanson sur Flaming Pie où le refrain dit « I go back so far, I’m in front of me ». Au final, Manset est le réactionnaire qui est tellement retourné en arrière qu’il a quasiment fait le tour, et qu’il se retrouve devant toi ! (rires) Il a tant rebroussé chemin que paradoxalement, il se retrouve devant, et il trace la route. Et là, ça rejoint une de ses plus belles chansons qui est “Celui qui marche devant”. Après, je ne sais pas si j’aime encore autant, à cause de ce ridicule justement : à l’adolescence j’ai eu une passion, j’ai tous les vinyles.

Comment tu as découvert ? C’était tôt pour écouter Manset, l’adolescence !

Je ne sais plus par où c’est venu, mais ça a été dans l’ordre : d’abord l’album de 68, puis “Long, long chemin” et “Y a une route”. Peut-être que les parents d’un ami avaient “Y a une route”, ils étaient un peu baba cool… Mais si tu mets “Il voyage en solitaire” à part, que Lenoir passait souvent (et Radio Nostalgie aussi) c’est quelqu’un qui n’a jamais eu de tube. “Animal on est mal” c’est un accident…"

Voilà voilà voilà. Garcia parle même de Steely Dan (c'est dans l'épisode 4), ce qui devrait intéresser Roland.
Merci pour l'info.
Avatar de l’utilisateur
Aubert
 
Messages: 1994
Enregistré le: 08 Jan 2005, 18:18

Re: Tristan Garcia

Messagepar roland65 » 03 Mar 2017, 14:16

Merci Aubert, très intéressant. Je ne savais pas que Tristan Garcia aimait Manset...
J'ai lu et aimé Faber le destructeur, que je recommande... Et je pensais lire d'autres livres de lui aussi...

Un autre écrivain admirateur de Manset, c'est Olivier Adam, dont je recommande chaudement Les lisières, qui parle de la difficulté d'être un transfuge dans la société d'aujourd'hui. Magnifique roman...
Deux particules sont dites dans un état intriqué lorsque l'état des deux particules n'est pas factorisable en un produit tensoriel de deux états à une particule.
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3493
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Re: Tristan Garcia

Messagepar roland65 » 03 Mar 2017, 14:30

roland65 a écrit:Merci Aubert, très intéressant, je vais lire ça à tête reposée. Je ne savais pas que Tristan Garcia aimait Manset...
J'ai lu et aimé Faber le destructeur, que je recommande... Et je pensais lire d'autres livres de lui aussi...

Un autre écrivain admirateur de Manset, c'est Olivier Adam, dont je recommande chaudement Les lisières, qui parle de la difficulté d'être un transfuge dans la société d'aujourd'hui. Magnifique roman...
Deux particules sont dites dans un état intriqué lorsque l'état des deux particules n'est pas factorisable en un produit tensoriel de deux états à une particule.
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3493
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Re: Tristan Garcia

Messagepar Geronimo355 » 03 Mar 2017, 15:11

Très intéressant, en effet. Surtout ce que Garcia dit sur la notion de ridicule, c'est tout à fait ce que j'ai ressenti lorsque j'ai commencé à écouter Manset et Christophe. Mais bon, Manset lui-même en est conscient puisqu'il dit : "J'aime pas les chanson de mon premier album. Ce sont des chansons qui déglinguent. C'est malsain même, il y a une sorte de mise à nu qu'on ne comprend pas. C'est pour ça que je ne l'ai pas remis en circulation celui-là. Ça relève plus de la médecine que d'autre chose. C'est monstrueux. [...] C'est pour ça que j'ai tout retiré."
Avatar de l’utilisateur
Geronimo355
 
Messages: 74
Enregistré le: 20 Jan 2017, 10:21

Re: Tristan Garcia

Messagepar roland65 » 03 Mar 2017, 15:41

Geronimo355 a écrit:Très intéressant, en effet. Surtout ce que Garcia dit sur la notion de ridicule


Tiens, moi je n'ai jamais ressenti ce "ridicule" dont parle Tristan Garcia... Ce qui m'a scotché d'emblée chez Manset c'est l'emphase (d'autres diront la grandiloquence) qui manque cruellement à la chanson d'aujourd'hui, si plate, hélas...
Deux particules sont dites dans un état intriqué lorsque l'état des deux particules n'est pas factorisable en un produit tensoriel de deux états à une particule.
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3493
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Re: Tristan Garcia

Messagepar Geronimo355 » 04 Mar 2017, 06:08

Est-ce que Tristan Garcia parle de Daniel Darc ?
Ses derniers disques sont fabuleux.
Avatar de l’utilisateur
Geronimo355
 
Messages: 74
Enregistré le: 20 Jan 2017, 10:21

Re: Tristan Garcia

Messagepar roland65 » 04 Mar 2017, 09:54

Il est impressionnant ce Tristan Garcia... Je ne connais pas le dixième des groupes dont il parle...
Deux particules sont dites dans un état intriqué lorsque l'état des deux particules n'est pas factorisable en un produit tensoriel de deux états à une particule.
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3493
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Re: Tristan Garcia

Messagepar Geronimo355 » 04 Mar 2017, 10:40

En lisant ce blind test, Garcia a fini par m'agacer. Il y a quelque chose de pédant, de mou, et de bobo sympa chez lui qui m'énerve, une absence de regard critique aussi. Il aime TOUT, et ça c'est mauvais signe. Le seul truc qu'il n'aime pas ce sont les écrivains qui se font une haute idée de la langue française... Je range Garcia dans la même case que les Bégaudeau et autres "écrivains" mollassons recommandés par les magazines culturels bien-pensants.
Je préfère de loin les vrais regards critiques comme ceux de Gilles Tordjman ou de Jean-Marc Mandosio (« Je veux être une machine » : genèse de la musique industrielle).
Avatar de l’utilisateur
Geronimo355
 
Messages: 74
Enregistré le: 20 Jan 2017, 10:21

Re: Tristan Garcia

Messagepar roland65 » 04 Mar 2017, 13:18

Geronimo355 a écrit:Je range Garcia dans la même case que les Bégaudeau et autres "écrivains" mollassons recommandés par les magazines culturels bien-pensants.


Lis donc Faber le destructeur et reviens nous en parler...
Deux particules sont dites dans un état intriqué lorsque l'état des deux particules n'est pas factorisable en un produit tensoriel de deux états à une particule.
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3493
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Re: Tristan Garcia

Messagepar Lionel » 04 Mar 2017, 18:08

Tiens, moi je n'ai jamais ressenti ce "ridicule" dont parle Tristan Garcia...


Sans forcément penser au ressenti personnel, on peut se rappeler ce que raconte GM sur l'enregistrement de l'album blanc, quand les musicos se moquaient de lui.

Je trouve que, du coup, Manset y va un peu fort des fois dans sa période actuelle. Il a effectivement passé ce cap (depuis longtemps) et là, il gagnerait un peu plus s'auto censurer, se corriger, tant au niveau des textes que de la voix.
Avatar de l’utilisateur
Lionel
 
Messages: 966
Enregistré le: 05 Jan 2005, 11:37
Localisation: Strossburi

Re: Tristan Garcia

Messagepar Aubert » 04 Mar 2017, 22:17

roland65 a écrit:
Geronimo355 a écrit:Très intéressant, en effet. Surtout ce que Garcia dit sur la notion de ridicule


Tiens, moi je n'ai jamais ressenti ce "ridicule" dont parle Tristan Garcia...


Hmmm, pourtant avec un morceau comme Le Père, on est en plein dedans, non? Il y a du kitch chez Manset, Orion c'est pas toujours de très bon goût. Sur l'album blanc, il y a un côté dégoulinant qui m'exaspère.
Merci pour l'info.
Avatar de l’utilisateur
Aubert
 
Messages: 1994
Enregistré le: 08 Jan 2005, 18:18

Re: Tristan Garcia

Messagepar Aubert » 04 Mar 2017, 22:46

Geronimo355 a écrit:En lisant ce blind test, Garcia a fini par m'agacer. Il y a quelque chose de pédant, de mou, et de bobo sympa chez lui qui m'énerve, une absence de regard critique aussi. Il aime TOUT, et ça c'est mauvais signe. Le seul truc qu'il n'aime pas ce sont les écrivains qui se font une haute idée de la langue française... Je range Garcia dans la même case que les Bégaudeau et autres "écrivains" mollassons recommandés par les magazines culturels bien-pensants.


Il n'aime pas Arnaud Fleurent-Didier, ni Vincent Delerm, ni Fauve, ni Placebo, ni Wu Lyf... Je pense que tu as lu sans attention.

Il y avait une nouvelle assez incroyable, "Les Rouleaux de bois", parue dans l'excellente revue bobo et bien-pensante Audimat. Je crois que cette nouvelle est reprise dans son recueil de nouvelles "7", parue l'année dernière.
Merci pour l'info.
Avatar de l’utilisateur
Aubert
 
Messages: 1994
Enregistré le: 08 Jan 2005, 18:18


Retourner vers T o u t e s ♦ C h o s e s

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités