Le gros coffret de novembre

Musiques, Cultures, Etc.

Re: Le gros coffret de novembre

Messagepar 42KM195 » 28 Déc 2016, 15:36

Gastibelza, l'homme à la carabine,
. . Chantait ainsi :
"Quelqu'un a-t-il connu doña Sabine ?
. . Quelqu'un d'ici ?
Chantez, dansez, villageois ! la nuit gagne
. . Le mont Falu...
Le vent qui vient à travers la montagne
. . Me rendra fou."
42KM195
 
Messages: 45
Enregistré le: 06 Mai 2014, 17:05

Re: Le gros coffret de novembre

Messagepar Aubert » 28 Déc 2016, 15:41

Claire a écrit:Un ami à qui je l'ai fait découvrir disait de lui : "il a dû aller très loin pour trouver tout ça ".


C'est dommage que dans sa prose on n'en trouve absolument aucune trace, de ce "très loin". :wink:

Les Petites Bottes vertes, c'est quand même le parcours ultra banal d'un gamin qui s'éclate dans la nature, d'un ado qui commence à tirer des nanas levées dans des suprise-parties, et qui une fois adulte fait des voyages touristiques débiles sans grand intérêt, sinon celui de laisser entendre qu'il a vécu à l'autre bout du monde des choses difficilement dicibles. Sauf que ce qu'il dit sur le voyage est d'une banalité et d'une platitude désolantes. Sur ce sujet, Flaubert ou Gide ont écrit des choses bien plus pointues et mieux senties.

Sa vie, c'est la vie de monsieur tout-le-monde, ni plus ni moins. Ses bouquins disent assez qu'il a vécu une vie somme toute très banale, avec des sentiments qui traversent tout un chacun, ni plus ni moins.

En revanche, je peux adhérer à l'idée que sur un format court, qui nécessite une concentration sur une durée réduite, il éprouve une sensation quasi "médiumnique", une connexion avec quelque chose qui n'est plus vraiment lui, et que ce quelque chose se glisse idéalement dans une mélodie qui vient en même temps. Et ça peut donner des choses ponctuellement magiques. Et parfois pas du tout magiques...
Merci pour l'info.
Avatar de l’utilisateur
Aubert
 
Messages: 2003
Enregistré le: 08 Jan 2005, 18:18

Re: Le gros coffret de novembre

Messagepar roland65 » 28 Déc 2016, 17:53

Eh Aubert, pas besoin d'aller bien loin ou de faire grand chose d'extraordinaire pour vivre une épiphanie... Cf. Marcel Proust...
Deux particules sont dites dans un état intriqué lorsque l'état des deux particules n'est pas factorisable en un produit tensoriel de deux états à une particule.
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3564
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Re: Le gros coffret de novembre

Messagepar Pidji » 28 Déc 2016, 18:02

villon a écrit:
Pidji a écrit:
villon a écrit:Bonne soirée de Noël à tous avec l'E du domaine d'Aphrodite :https://drive.google.com/file/d/0B1yXTZ8Y3SJSYnBIWkhRNVE4V2c/view


Merci de ce partage.
Je n'a pas acheter le coffret et voici les titres que je serais curieux d'entendre:

. On va disparaitre
https://drive.google.com/file/d/0B1yXTZ8Y3SJSMVJFekpTY0NhaGM/view

et pas Tout va...


Merci :-)
Pidji
 
Messages: 73
Enregistré le: 10 Mar 2016, 15:15
Localisation: Allier

Re: Le gros coffret de novembre

Messagepar Aubert » 28 Déc 2016, 18:39

roland65 a écrit:Eh Aubert, pas besoin d'aller bien loin ou de faire grand chose d'extraordinaire pour vivre une épiphanie... Cf. Marcel Proust...


Mettre Proust et Manset sur le même plan, faut oser! : Mais je me souviens que tu n'aimes pas Proust, bizarre que tu le cites aujourd'hui.

Je crois me souvenir qu'à la fin de Royaume de Siam (le bouquin), l'auteur a surtout l'épi fané...
Merci pour l'info.
Avatar de l’utilisateur
Aubert
 
Messages: 2003
Enregistré le: 08 Jan 2005, 18:18

Re: Le gros coffret de novembre

Messagepar Claire » 28 Déc 2016, 21:51

J'ai le sentiment qu'on en arrive à parler de ce qu'est la poésie, de ce qu'est la prose.
Sans aucune échelle de valeur, ce n'est pas le même art (ils s'interpénètrent)...et la chanson en est peut-être un troisième, encore à ses débuts, parce que les auteurs-compositeurs ont eu longtemps la littérature en ligne de mire. Et Manset est victime du même aveuglement.


Comme la BD est en train de s'affranchir de la littérature et de la peinture pour prendre sa pleine identité.
Avatar de l’utilisateur
Claire
 
Messages: 1330
Enregistré le: 05 Jan 2005, 10:50

Re: Le gros coffret de novembre

Messagepar Monfreid... » 28 Déc 2016, 22:45

hum, après c'est aussi des questions de "définitions", parce que la chanson ça existe depuis un petit moment tout de même, après la sacro-sainte tradition de l'écriture-enluminure-imprimerie de certains textes amène une hiérarchie, de même que les récupérations historiques (qui ne cessent de s'empiler et qui font que notre lecture de l'art et de son histoire est un palimpseste sans fin.
sans compter qu'il y a des critères, comme pour les langues en fait, en fonction du contexte historique, du territoire, de la culture, de la religion, des différentes générationnelles, des strates sociales - sans déconner je parler de mellin de saint gellin, son poème mis en chanson fut un vrai succès mais ce n'est rien à la période de chrétien de troyes par exemple.
Parler d'interpénétration c'est juste et il faut vraiment en mesurer l'impact, c'est parfois une réappropriation, des translatio studii, un peu comme quand beethoven reprend des musiques folkloriques.

et la course en arrière de gégé à la recherche de la renommée perdue (moi aussi je suis un vrai artiste, un écrivain) le rend un chouilla ridicule à l'aune de ces traditions. le maniérisme de cour (genre malherbe et tout cette période) c'est lourd, mais y'a du bagage, là il est juste un artiste postmoderne (et Aubert le dit bien mieux et explicitement que moi )
je les ai tous empaillés, jusqu'à la dernière peluche !
Avatar de l’utilisateur
Monfreid...
 
Messages: 1177
Enregistré le: 12 Jan 2005, 23:04

Re: Le gros coffret de novembre

Messagepar pollux bis » 29 Déc 2016, 07:05

La chanson devait déjà exister du temps des cavernes... Pour la poésie j'ai des doutes...
pollux bis
 

Re: Le gros coffret de novembre

Messagepar roland65 » 29 Déc 2016, 09:25

"Une chanson peut receler des éléments poétiques, mais la différence, je crois, c'est qu'un poème n'a pas besoin d'être défini, limité, catalogué, alors qu'une chanson doit obéir à certaines règles. le format chanson est beaucoup plus restrictif et limité. Un poème est une chose libre, dont le champ est infini."

Bob Dylan, 1997 (in Bob Dylan, du folk au prix Nobel, la saga d'une légende du siècle, Les Inrockuptibles, actuellement en kiosque).

"La différence entre poésie et chanson tient avant tout à l'interprétation. Un poème n'a pas besoin d'interprète, une chanson si."

Marcel Proust, 1919, (entretien accordé à la revue Les Pages, éditions Desclers - De Brouwée, 1987).
Deux particules sont dites dans un état intriqué lorsque l'état des deux particules n'est pas factorisable en un produit tensoriel de deux états à une particule.
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3564
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Re: Le gros coffret de novembre

Messagepar Monfreid... » 29 Déc 2016, 11:01

La citation de Proust va dans un champ culturel spécifique, on peut faire sienne cette définition sans souci mais il n'empêche que la lecture a eu besoin d'un interprète (d'un lecteur à voix haute) pendant tout de même pas mal d'années/siècles. Ne serait-ce qu'en Europe il a fallut un bon bout de temps pour passer de la tradition purement orale, à l'écriture, à une écriture qui s'émancipe des signes de l'oralité afin d'exister par et pour elle-même, à une lecture qui se pense non plus à voix haute mais interne et que cela soit source de plaisir. La poésie se définit également par rapport à ce mouvement, à cette volonté de rapport à l'oralité et au texte, dans un rapport continu et distant avec l'antiquité par exemple.

La musicalité poétique sans la voix, sans interprétation ça peut être un peu chiant tout de même (et encore on ne parle pas ici du théâtre, parce que Racine... dramaturge, poète, les deux ? ^^).

l'idée d'intertextualité n'est pas neuve.
j'veux dire là vient de sortir un texte de caryl ferey (auteur de polar) accompagné de la mise en musique (par cantat notamment) d'un poème présent dans l'ouvrage. ça paraît novateur, sous cette forme sans doute, mais les longues pièces de théâtre (genre les mystères) possédaient des partis chantées, d'autres déclamées, idem pour les troubadours ou trouvères, je ne pense pas qu'ils cataloguaient de la sorte.

encore une fois on pense une globalité à l'aune de définition assez restrictives (parce que bon parler poésie ou chanson dans notre langue on a déjà du mal d'un point de vue historique, mais sur les autres langues avec des accents toniques différents le rapport va changer, idem pour les langues à tons ou à clics...).
je les ai tous empaillés, jusqu'à la dernière peluche !
Avatar de l’utilisateur
Monfreid...
 
Messages: 1177
Enregistré le: 12 Jan 2005, 23:04

Re: Le gros coffret de novembre

Messagepar Claire » 29 Déc 2016, 13:56

Oui, merci de rappeler tout ça qui augmente le champ de la réflexion.
Une chose toute subjective : la lecture poétique sans interprète, à "voix intérieure" apporte deux choses : d'abord la possibilité d'un rythme lent propice à la concentration et à l'approfondissement d'un texte très condensé. Ensuite elle renvoie justement à l'intériorité, une intériorité très personnelle répondant à l'intériorité de l'auteur de façon mystérieuse.
C'est là qu'on touche une des joies de l'art : c'est parce qu'il est allé chercher le plus intime que l'auteur nous touche dans notre intimité, si différent qu'il soit de nous.

Et les chansons que j'aime sont dépouillées, légères, sans gros morceaux de philosophie dedans, sans trop de belles images à tiroirs et elles peuvent donc être saisies au rythme du chant.. C'est l'union entre texte, voix et mélodie qui induit un sentiment de profondeur et d'intimité partagée.
Avatar de l’utilisateur
Claire
 
Messages: 1330
Enregistré le: 05 Jan 2005, 10:50

Re: Le gros coffret de novembre

Messagepar villon » 31 Déc 2016, 14:06

Et meure ou Pâris ou Hélène Quiconque meurt, Meurt à douleur
Celui qui perd vent et haleine Son fiel se crève sur son coeur
Corps féminin, qui tant es tendre Oui, ou tout vif aller ès cieux
Avatar de l’utilisateur
villon
 
Messages: 530
Enregistré le: 03 Mar 2009, 01:08

Re: Le gros coffret de novembre

Messagepar Lionel » 15 Jan 2017, 11:48

Manset était sur France Culture vendredi soir:

https://www.franceculture.fr/emissions/ ... ard-manset


Il doit être assez agaçant pour un journaliste intervieweur, mais au moins il n'est pas dans le trip "langue de bois". Au final, il en sort quelque chose d'assez vrai.
Avatar de l’utilisateur
Lionel
 
Messages: 983
Enregistré le: 05 Jan 2005, 11:37
Localisation: Strossburi

Re: Le gros coffret de novembre

Messagepar Aubert » 15 Jan 2017, 23:24

Il est surtout atrocement content de lui-même... Cet onanisme est une forme de gâtisme.
Merci pour l'info.
Avatar de l’utilisateur
Aubert
 
Messages: 2003
Enregistré le: 08 Jan 2005, 18:18

Re: Le gros coffret de novembre

Messagepar roland65 » 16 Jan 2017, 09:25

Aubert a écrit:Il est surtout atrocement content de lui-même... Cet onanisme est une forme de gâtisme.


Je ne dirais pas ça... Il a toujours eu ce dédoublement : l'homme Manset qui observe l'auteur compositeur Manset...

Du coup, ça donne ce côté agaçant où on a l'impression d'une auto-satisfaction béate... Mais quand Hélène Hazera (souvent à côté de la plaque, mais du coup ça permet à Manset de clarifier certains points), lui dit qu'il a influencé une part de la chanson d'aujourd'hui, il a un mouvement de modestie, presque de pudeur, de sincère je crois...
Deux particules sont dites dans un état intriqué lorsque l'état des deux particules n'est pas factorisable en un produit tensoriel de deux états à une particule.
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3564
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

PrécédenteSuivante

Retourner vers T o u t e s ♦ C h o s e s

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités