Mauvaise nouvelle

Musiques, Cultures, Etc.

Messagepar roland65 » 18 Mar 2016, 07:55

Manset a plusieurs fois cité Modiano dans des interviews...
RB
Deux particules sont dites dans un état intriqué lorsque l'état des deux particules n'est pas factorisable en un produit tensoriel de deux états à une particule.
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3493
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Messagepar Lionel » 18 Mar 2016, 10:16

Pourtant leur style d'écriture est à l'opposé (je parle des bouquins).
Avatar de l’utilisateur
Lionel
 
Messages: 966
Enregistré le: 05 Jan 2005, 11:37
Localisation: Strossburi

Messagepar villon » 18 Mar 2016, 10:56

exact
Avatar de l’utilisateur
villon
 
Messages: 514
Enregistré le: 03 Mar 2009, 01:08

Messagepar villon » 18 Mar 2016, 10:59

JM Le Clézio est plus approprié dans le parallèle
Avatar de l’utilisateur
villon
 
Messages: 514
Enregistré le: 03 Mar 2009, 01:08

Messagepar Claire » 18 Mar 2016, 11:26

oui et non. Le Clezio est une voyageur, mais son côté idéalisant (qui fait que je n'arrive pas à le lire) est aux antipodes de Manset.
Modiano donne l'impression de ne jamais avoir franchi le périphérique, mais il y a une couleur de nostalgie et de mystère qui ressemble plus.
Aucun des deux n'a le tranchant ni l'éclat crépusculaire de mr M.
Avatar de l’utilisateur
Claire
 
Messages: 1321
Enregistré le: 05 Jan 2005, 10:50

Messagepar Monfreid... » 18 Mar 2016, 11:32

franchement, à tout prendre, je préfère lire d'Ormesson que ces deux là, ça m'a toujours paru n'être pas franc du collier plus "écrivain" que littérature.
je les ai tous empaillés, jusqu'à la dernière peluche !
Avatar de l’utilisateur
Monfreid...
 
Messages: 1165
Enregistré le: 12 Jan 2005, 23:04

Messagepar roland65 » 18 Mar 2016, 13:00

D'Ormesson ? On parle d'écrivains là, pas de mondaillons...
RB
Deux particules sont dites dans un état intriqué lorsque l'état des deux particules n'est pas factorisable en un produit tensoriel de deux états à une particule.
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3493
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Messagepar villon » 18 Mar 2016, 13:33

Chez Modiano il s'agit d'un univers fermé à la G. Perec "la vie mode d'emploi", entre le Ve et Ve arrt de Paris, tout est en relation psychologique avec son père collaborateur et il est uniquement question de cela, c'est le seul sujet, la géographie des rues de son enfance.
Chez Le Clezio "Raga" comme très exactement chez Manset et pas aux antipodes (je m'y attendais), on respire l'air du Large et de la mer et des rencontres féminines dans une nature sauvage des début du monde, rêvé à la Gauguin, enfin est-il à la recherche de cela, Nouvelle Guinée et autres merveilles des commencements, déserts absolus.
En Effet seul d'Ormesson ressemble à un écrivain tel qu'on l'imagine en France, mais je n'ai pas lu une ligne, son coté séducteur à tout prix me fait peur.
Mais c'est autour du goût de l'enfance, la jeunesse qui semblent les rapprocher, comme la majorité des poètes qui n'ont pas grandit.
Avatar de l’utilisateur
villon
 
Messages: 514
Enregistré le: 03 Mar 2009, 01:08

Messagepar Claire » 18 Mar 2016, 14:01

oui, j'ai réussi à lire un demi-livre de d'Ormesson (que m'avait offert mon papa, c'est pour ça) et franchement je ne crois pas qu'il traversera les siècles, ce coquet vieillard (d'Ormesson, pas mon papa).

En fait, ce qui me fascine chez Manset, c'est l'extraordinaire diversité des thèmes, styles, genres, sources d'inspiration, pratiques artistiques....et que pour autant il ne perde jamais son identité, son unicité. Je ne vois personne d'autre qui ait fait ça.

Monfreid, tu devrais lire "Dora Bruder" C'est là qu'on comprend qui est Modiano.
Avatar de l’utilisateur
Claire
 
Messages: 1321
Enregistré le: 05 Jan 2005, 10:50

Messagepar Aubert » 18 Mar 2016, 14:27

Claire a écrit:Je ne vois personne d'autre qui ait fait ça.


Cocteau, quand même...
Merci pour l'info.
Avatar de l’utilisateur
Aubert
 
Messages: 1994
Enregistré le: 08 Jan 2005, 18:18

Messagepar roland65 » 18 Mar 2016, 14:28

Claire a écrit:En fait, ce qui me fascine chez Manset, c'est l'extraordinaire diversité des thèmes, styles, genres, sources d'inspiration, pratiques artistiques....


Tu t'emportes un peu il me semble... Moi je dirais plutôt le contraire : le bonhomme creuse toujours le même sillon sous deux ou trois formes reconnaissables (pour les textes, la musique, les photos : pour la peinture je n'ai vu que deux ou trois tableaux, je ne peux pas juger).

Mais justement, moi j'aime bien cette constance... On est en terrain connu et on peut ratiociner à l'envi...
RB
Deux particules sont dites dans un état intriqué lorsque l'état des deux particules n'est pas factorisable en un produit tensoriel de deux états à une particule.
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3493
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Messagepar Claire » 18 Mar 2016, 14:53

non, je parlais des chansons. il y a une grande diversité de thèmes et de formes, je trouve, bien plus que la plupart des auteurs compositeurs.

entre "Comme un guerrier", "Amis", "Fauvette", "Le pays de la liberté", "Territoires de l'Inini", "A quoi sert le passé ?.", "Dans mon berceau"..etc...
Avatar de l’utilisateur
Claire
 
Messages: 1321
Enregistré le: 05 Jan 2005, 10:50

Messagepar roland65 » 18 Mar 2016, 15:06

Pas d'accord... Pour moi, c'est toujours à peu près le même thème : celui de la perte (de l'enfance, de la pureté, de l'être aimé, de la vie, de l'innocence, etc.)...
RB
Deux particules sont dites dans un état intriqué lorsque l'état des deux particules n'est pas factorisable en un produit tensoriel de deux états à une particule.
Avatar de l’utilisateur
roland65
 
Messages: 3493
Enregistré le: 19 Oct 2006, 16:09
Localisation: Planète Mars

Messagepar Monfreid... » 18 Mar 2016, 16:21

j'ai la dent dure, pour moi le clézio, modiano c'est comme pennac des "monuments critiques"... ça évoque, ça permet la glose, l'excitation mais je ne retrouve rien à l'intérieur qui me fasse chavirer, parce que c'est faussement lourd ou faussement léger, toujours dans une démarche.
et à mon sens d'Ormesson l'assume beaucoup plus, c'est médiatique, séducteur, roublard pas joli mais une certaine forme "vieille france" qui me dérange moins (mais j'en ai lu un seul "pour voir" et je n'y reviendrai pas).

et, le rapport avec Manset m'échappe... enfin, si sur ces dernières années, il y a cette forme de démarche artistique un peu lourdingue (il me fait penser à claude lantier parfois, cette instabilité soudaine, entre excitation et colère pour exprimer un génie que l'on se doit de reconnaître)... avant il y avait ce culte un peu naïf (et donc touchant) de l'artiste en creux, une posture romantique brute et sécante pas nouvelle nouvelle mais en décalage avec l'époque, avec ce mélange d'exotisme (parfois de décorum), d'écriture ciselée et juste, cette musique touffue et une âpreté france.

du coup, je suis plutôt d'accord avec Roland, plusieurs thématiques mais une tonalité (de la perte) assez unique...
je les ai tous empaillés, jusqu'à la dernière peluche !
Avatar de l’utilisateur
Monfreid...
 
Messages: 1165
Enregistré le: 12 Jan 2005, 23:04

Messagepar Claire » 18 Mar 2016, 16:38

on est partis du discours de Modiano pour le Nobel.
C'est là que j'ai remarqué au passage certains points communs (sans doute anecdotiques) avec Manset...
le jeu de qui ressemble à qui, c'est à mon avis assez piégeux.
Avatar de l’utilisateur
Claire
 
Messages: 1321
Enregistré le: 05 Jan 2005, 10:50

Précédente

Retourner vers T o u t e s ♦ C h o s e s

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 6 invités

cron