Obao, ob...

Musiques, Cultures, Etc.

Obao, ob...

Messagepar akdonf1 » 10 Juin 2013, 18:26

"Surtout pas d "Obao", 'y a rien de pire pour bousiller la peau!".
- "Je prends que du savon de Marseille!".
- "Tous les savons liquides c'est de la ...!".
- "Le savon de Marseille; ...y a qu'ça de vrai!".
...

J'étais sous la douche et l'eau tiède me faisait du bien.
Je venais de nager 2000 mètres dans cette foutu piscine pleine de chlore -celle de "Château-Landon", et j'avais bien mériter cette douche salutaire. Je fermais les yeux, la pomme de douche fonctionnait à merveille: une légère pression sur le pommeau et de tout là-haut l'eau me tombait dessus, une eau tiède et chaleureuse; un vrai miracle.
"Dieu existe" me disais-je!
Elles avaient peut-être 60 ans. Pas loin en tout cas! Elles dissertaient sur le savon de Marseille et sur les savons liquides, elles confrontaient leurs avis, leurs opinions, comparait la vertu des uns des autres, l'une était à ma droite, l'autre à ma gauche, elles avaient l'air d'en connaître un rayon sur les savons: à les en croire, "Obao", c'était le pire!
Leurs seins avaient "poussé" vers le bas, leurs ventres n"étaient plus d'une parfaite tenue mais bon, leurs enfants (surement) avaient grandi et s'étaient éloignés, leurs cheveux n'étaient plus du meilleur éclat, leurs hanches leurs joues leur peau etc. bref, tout ça, quand ça veut plus trop tenir eh bien ça ne tient plus, l'esprit à beau faire, la chair fait ce qu'il lui plait, elle ne suit pas les méandres de l'esprit, et quand la chair s'affaisse, elle s'affaisse, mais leurs yeux étaient encore pleins des rêves de leur jeunesse; dans ces cas là seules les yeux ou le sourire peuvent vous sauver du désastre: toutes deux avaient un beau sourire!
L'eau qui me tombait dessus était comme une preuve de l'existence de Dieu, je ne m'y connaissais aucunement en matière de savon -pour moi un savon en valait un autre! mais question bienfaits j'en connaissais un minimum: ce qui m'arrosait était tout simplement délicieux; et je n'avais d'autre choix que de les écouter. Je fermais les yeux et me laissait arroser par cette eau bienfaisante et parfois j'en ouvrais un pour lorgner mes voisines qui n'en finissaient pas de disserter sur le savon et, vraiment, je n'avais d'autre choix que de les écouter: aurais-je voulu qu'il en soit autrement que cela ne m'aurait nullement été possible, j'avais l'impression de ne pas exister, elle parlait "au-dessus de mon épaule". Comme si d'épaule je n'en avais pas, pas même une! Elles étaient seules, entre elles, Dieu existait mais moi !!!
-"J'ai lu un article sur le savon de Marseille dans "Marie-Claire"...".


Après la douche, je suis allé dans ma cabine pour me changer. Je me suis retrouvé entre elles. A nouveau! L'une occupait la cabine qui se trouvait à ma droite, l'autre la cabine qui se trouvait à ma gauche.
J'étais comme un arbitre.
Au milieu!

- "J'ai horreur des collants et de tous ces trucs qu'il faut passer en dessous des robes ou des jupes c'est pour ça que je mets jamais de jupes ou de robes en hiver. Que des pantalons!".
- "T'as raison, moi j'en mets que lorsque je vais à un entretien d'embauche. ...Ça fait quand même trois ans que je suis au chômage! Pour l'instant cela ne m'a pas servi à rien d'enfiler des jupes ou des robes. "Ils" veulent tous des jeunettes qui sourient et dont les formes ....tu vois ce que je veux dire! C'est un peu pour ça que je me suis inscrit à "l'aquagym"; pour rester en forme!".
- "Moi, c'est pour mon mari, ça le rassure!".
...
- "En tout cas, JAMAIS "d'Obao"!
- "...Du savon de Marseille!!!!".
Etc.

Je me suis changé. J'ai enlevé mon maillot de bain et j'ai remis mon slip, mes chaussettes, mon jean; le reste!
En silence!

Puis j'ai quitté la piscine.
Je suis allé "chez l'arabe du coin". D'habitude, j'y achetais deux cannettes de "Kro". Là, je ne sais pas ce qu'il m'a pris: j'en ai acheté trois; et un savon de Marseille!








Ps. "Qui va piano va etc.".
akdonf1
 

Messagepar akdonf1 » 15 Juin 2013, 19:50

Une montre se prélassait aux Bahamas
Tandis que -rat de bibliothèque-
Sa sœur dévorait des livres d'histoire
Leurs parents ne désespéraient pas
De les voir se marier
Ils imaginaient pour l'une et l'autre
Un grand et beau mariage
Horloge comtoise pour l'une
Montre Cartier pour l'autre
Mais la première aimait trop le sable fin
La seconde était trop passionnée d'histoire
Et jamais aucune ne se maria
Un beau jour leurs parents moururent
Leur père d'abord
Puis -quelques jours plus tard- leur mère
Vint l'heure des deux sœurs
Elles moururent bizarrement le même jour
A la même heure
Et leurs enfants que jamais elles n'eurent
Sur leur tombe commune firent inscrire
"A nos parents qui jamais ne nous firent
Aux enfants ils préféraient l'histoire
Et le sable fin".
akdonf1
 

Messagepar akdonf1 » 20 Juin 2013, 09:29

Un tour de magie.

---------------------------


J'aimerais bien faire un tour de magie: transformer une caraffe d'eau
en femme. Elle aurait la couleur de l'interdit, ferait 95 de tour de
poitrine, aurait les yeux verts, une peau douce, un coup de giraffe et des
cheveux ....? je ne sais pas pour les cheveux! En tout cas elle chausserait
du 37. Je lui offrirais des chaussures en veux-tu en voilà et chaque jour
que Dieu a fait elle partirait par monts et par vaux avec, à ses pieds, une
nouvelle paire. Les hommes regarderaient ses pieds et les trouveraient
jolis. Quant aux femmes elles regarderaient ses pieds en pensant "Où diable
cette garce trouve t'elle donc l'argent pour s'offrir toutes ces
chaussures!?". Et puis un jour je lui ferais cadeau d'un chat, et, sous
prétexte de venir voir le chat, presque tous les soirs je m'inviterais chez
elle. Je serais assis sur son lit, à carresser tantôt ses pieds tantôt le
chat, et les poils du chat se méleraient à l'odeur de ses pieds et l'odeur
de ses pieds aux poils du chat et ainsi de suite. Tant et si bien qu'un jour
le chat serait tellement imprégné de l'odeur de ses pieds que je lui
expliquerais ceci: "J'ai commis une erreur en te faisant cadeau de ce chat,
je me rends compte aujourd'hui qu'en te l'offrant c'est à moi que je voulais
faire un cadeau. Tu as vu comme il m'aime! Tu as vu comme il vient se
frotter à moi dés que j'ai passé le pas de ta porte! Il m'a apprivoisé!
....Quand je te quitte il me manque terriblement. TROP! Il me le faut!
....Je peux te "reprendre le cadeau!?". Elle ferait alors la moue, mais
lorsque je lui aurais promis que des chaussures je continuerais à lui en
offrir -"Oui -lui dirais-je en guise de conclusion et en m'emportant quelque
peu- n'aie crainte je continuerais à t'en offrir, et même plus qu'avant,
beaucoup BEAUCOUP plus qu'avant, tu auras les plus beaux pieds de la ville!
Je te le jure!...Mais je t'en conjure, permets-moi de reprendre "le cadeau"!
alors sa moue tournerait court et elle me dirait: "Va, prends-le. Je vais le
regretter mais bon.... On fait les grands magasins demain, c'est mon jour de
congé!?".
Maintenant le chat est chez moi. Souvent je le caresse. Je glisse mes
doigts au plus profond de son pelage et longtemps, assidument, je le
caresse. Je prends un plaisir sensuel à cet exercice. J'y trouve une
sensualité profonde. Régulièrement, je le caresse donc. Puis je caresse mon
corps. L'odeur de "ses pieds" s'imprègne alors sur ma peau et cela me va.
Cela me suffit. L'odeur des pieds d'une femme qui s'insinue en vous, un chat
qui déambule .... Et quand il arrive que l'odeur de "ses pieds" ait disparu
de son pelage, qu'il n'imprègne plus suffisamment ses poils, alors nous
faisons un pélerinagere : tous deux nous retournons chez elle. Il se frotte
à ses pieds. Et moi je bois une bière. Puis nous rentrons. Et sur le chemin
du retour, souvent -presque toujours devrais-je dire- il s'enfuit vers les
hauteurs, il s'en va bondissant vers quelques balcons, grimpe, escalade, et
quand, enfin, il en a trouvé un à sa mesure, un qui lui plait, il marche en
équilibre sur la ballustrade de celui-ci. A la manière d'une ballerine. Avec
la souplesse et la grace d'un funnambule. Je le regarde, je l'admire, et je
me dis: sur cette terre il n'y a rien qui ressemble plus à une femme qu'un
chat.
J'aimerais bien faire un tour de magie. Transformer une caraffe d'eau
en femme. Mais chez moi je n'ai pas de caraffe d'eau. Je ne bois jamais
d'eau. Je n'ai qu'un chat.
akdonf1
 


Retourner vers T o u t e s ♦ C h o s e s

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 6 invités

cron